Night Fang | La poussiéreuse licorne

avatar
Age : 21
Messages : 243
Bits : 84
DC : Pained Soul
Âge du personnage : 37 ans
Licorne

Votre personnage
Rang & Métier: Civil | Passeur
Réputation:
Lieu de Résidence: Canterlot mais voyage
Mer 29 Mar - 12:11


Night Fang

37 ans / New Dawn union / Licorne

Physique

Il avait les traits tirés par la fatigue et quelques petites cernes avaient fini par montrer le bout de leur nez sous ses yeux. Lâchant un royal bâillement, la licorne contempla son reflet avec agacement. Sa robe d'un jolie bleu foncé était accentuée sur certains endroits par quelques marques d'un bleu nuit. Lui qui avait toujours passé des années à entretenir son corps afin de garder une musculature parfaite ainsi qu'un poil soyeux, semblait bien plus proche du vagabond que du fier professeur d'antan. Ses oreilles qui souvent s'abaissaient en arrière -comme ce matin-là par exemple-, possédaient chacune un anneau plus foncé que le reste de sa robe tandis que les pointes de ces dernières s'assombrissaient également. Ses yeux dont les prunelles ressemblaient à deux petites pommes vertes, étaient plus ternes que d'habitude, ayant perdu leur éclat brillants dont il était si fier lorsqu'il errait dans les ruelles de Canterlot. Quoi qu'on dise, Night Fang le voyait : il n'était pas fait pour vivre une vie de passeur.

Ses dents d'un blanc éclatant restaient sagement cachées derrière ses fines lèvres, contrairement aux canines de son frère qui n'en faisaient qu'à leur tête. Toutefois, sa crinière ainsi que sa barbichette n'avaient rien perdu de leur élégance contrairement au reste de son apparence ! Une nouvelle teinte de bleu, parsemée de mèches couleur vert d'eau, quoi qu'un peu plus foncé peut-être. Généralement attachée en queue de cheval, l'étalon aimait pouvoir sentir son cou au frais, mais l'idée même de se raser le crâne lui était inconcevable tant il appréciait sentir le vent se disperser dans ses crins. Sur son front trônait royalement une corne de taille basique, richement décorée par diverses bijoux. Bien que la licorne ne possédait aucun sang de noble dans les veines, il avait prit goût au salaire plus qu'avantageux de son précédent métier ainsi que la vie que menait les âmes tranquilles de Canterlot. Les accessoires étaient son pêché-mignon, si bien qu'il ne pouvait s'empêcher de décorer ses vêtements, ses sabots et sa queue de nouveaux accessoires et bijoux -étant fidèles à certains d'entre eux par ailleurs-.

Et justement, cette queue ! Parfois Night Fang la regardait en se renfrognant, agitant cette queue de lion comme les scientifiques l'appelait. D'après lui, ça n'y ressemblait absolument pas, mais soit. Cette peau épaisse et longue gardait constamment enroulée autour d'elle un bijou d'argent avec à ses bouts de petites pierres bleutés. La touffe qui achevait cette maudite malformation, était tout aussi soyeuse que le crin de sa tête et d'une taille imposante, mais bien moins longue que la plupart de ceux qui en possédait une. Avec un soupire bruyant, l'étalon marmonna quelques mots. Sa voix était rauque, dépourvu de la douceur du bon petit peuple. Incapable de chanter la moindre chose, l'étalon parlait naturellement fort, habitué à élevait la voix dans les amphithéâtres dont il s'occupait. Quand il criait, nul ne pourrait faire semblant de ne pas l'avoir entendu ! Et quand il chuchote... Car il y parvenait, bien heureusement, sa voix semble constamment mécontente et rocailleuse, comme si tenir un son trop bas lui était difficile.
SurnomLe Poussiéreux
SexeMasculin
Race des parentsUne licorne et un batpony
SexualitéHétérosexuel
MétierAncien professeur d'invocation & Passeur à présent
Lieu de résidenceMaison à Canterlot mais voyage beaucoup
Cutie MarkUne créature bleue et griseTalentNight Fang a une très forte connexion avec les invocations. il a la capacité de prendre possession de l'une de ses invocations de petite taille, néanmoins il lui faut pour cela une très grande concentration.

Personnalité

Night Fang a un sale caractère. Il le savait et il ne le niait pas ! Lorsqu'il passait près des familles fortunées, jamais il ne pouvait s'empêcher de lever les yeux au ciel en marmonnant quelques mots incompréhensibles. Regretter d'être devenu passeur ? Évidemment. Mais pourquoi le rester alors ? Parce que l'étalon ne pouvait se résoudre à rester dans son petit confort quand la tyrannie des dirigeants prenait chaque jour de nouvelles vies. Un bon fond, il est vrai... Mais le personnage était plus qu'un bon fond, malheureusement. Sortant de sa salle de bain provisoire, la licorne jeta un rapide coup d'oeil à l'extérieur. Il faisait gris, il faisait moche, bref, il n'aimait pas. M'enfin bon ! Il n'allait pas non plus être ravi s'il y avait un grand soleil éclatant ! Pendant l'été, il fait trop chaud, pendant l'hiver, il fait trop froid, pendant l'automne il y a trop de vent et pendant le printemps, mais regardez tout ce pollen ! Que de bonnes raisons pour que l'étalon puisse ronchonner quel que soit le temps !

Et pire encore ! Night Fang vit du coin de l'œil des femmes et des enfants... Et cette vision lui arracha une mine de dégoût. Pas qu'il n'aimait pas les enfants... Mais il les trouvait moches et bruyants. Seuls quelques enfants lui plaisait, comme des petites filles attentives et silencieuses, ou des jeunes garçons rêvant de devenir plus fort... Mais la plupart lui sortait par les naseaux comme les vers sortaient des pommes pourries ! Et les femmes ! Et bien parlons en des femmes ! Collantes, à faire les difficiles et les délicates... La licorne savait apprécier les femmes au fort caractère, mais elles ne couraient pas vraiment les rues, du moins, jamais quand il était de sorti s'il se fiait à ses connaissances. Ce n'était pas non plus qu'il était machiste... Mais le mage n'aimait pas vraiment leur compagnie, il ne se sentait pas à l'aise avec elles, moins en confiance, sans savoir de quoi parler... Il préférait les escorter sans rien dire que les compter parmi ses compagnons de voyage à vrai dire.

Ne faisant pas d'avantage son difficile, Night Fang prit ses affaires et sorti dans la rue. L'air morose et peu amical, les gens l'approchait rarement et ce n'était pas pour lui déplaire ! Le trentenaire avait un goût prononcé pour la solitude et la tranquillité. Parfois il aimait observer en silence les étalages des marchands et parfois, son ventre gourmand lui réclamait un petit quelque chose. Mais ce qu'il aimait par dessus tout, plus que les spécialités culinaires des différentes villes et régions, c'était les monstres et les animaux ! Ses yeux s'ouvraient alors en grand, des milliers de petites étoiles brillants comme des pépites dans ses prunelles. Malheureusement, les bêtes se trouvaient rarement dans les villes et en observer dans la nature n'était pas chose facile. En passant près d'un marmot qui salivait devant des poires, le mage fit rouler ses yeux vers le ciel avant de la lui offrir. Non, il n'avait pas changé d'avis, il ne les aimait toujours pas ces fichus gosses. Mais ça ne tuait personne de faire un petit geste gentil de temps en temps. Après tout, il était compréhensif et à l'écoute. Il râlait et tapé sur la tête des gens, certes, mais il pouvait quand même les écouter... Même s'il détestait aussi les gens qui s’apitoyaient sur leur sort. Marchant tranquillement dans la ruelle, il tourna la tête vers une vitrine, découvrant un magnifique livre à la couverture en cuire avec un dragon vert brodé. L'homme s'arrêta, contemplant la petite merveille avec nostalgie... Et beaucoup de choses lui revinrent en mémoire.

Histoire

Le poulain serrait contre lui avec force son livre. Du haut de ses neuf ans, l'enfant n'était pas bien grand pour son âge et les plus vieux de l'école le regardait souvent avec curiosité. Sa timidité et sa maladresse en faisait une tête de turc de choix et très rapidement, ses camarades de classe l'avait comprit. Dans ses lettres, il ne disait jamais à ses parents à quel point il avait envie de rentrer, trop gentil pour vouloir les inquiéter. Si son frère avait été là, tout aurait sûrement été bien différent... Il leurs aurait sauté dessus, mordu jusqu'au sang puis aurait poussé son rugissement de victoire en courant partout. Cette pensée lui arracha un reniflement bruyant. Night Fang s'essuya les yeux du revers du sabot puis rangea son bouquin dans sa sacoche avant de tourner les talons. Aujourd'hui encore, il ne toquerait pas à la porte, il n'irait pas voir son professeur et il n'expliquerait pas à quel point s'entraîner sur des invocations lui causait de terribles maux de crâne. Il regagna le dortoir en évitant soigneusement de croiser des gens, même si pour cela il devait rester assit pendant dix minutes dans un coin du couloir. Dès qu'il fut enfermé dans sa chambre, la jeune licorne regagna son lit et fourra son maigre corps sous les draps, ne faisant ressortir que le bout de son museau près des oreillers. Finalement, il décida de faire ce qu'il savait le mieux faire : écrire dans son journal. Usant de sa magie pour s'emparer d'une plume et de son encre, il prit son petit carnet brun gravé de quelques bordures de couleur or et commença à écrire.

« Cher journal,
Tall tale me manque... Je ne pensais pas que vivre si loin de sa famille était si dur. Je me demande si Weiss Fang pense à moi... Papa et Maman aussi bien sur ! Mais surtout Weiss... Je crois que je ne suis pas très gentil, j'espère qu'il est triste, autant que moi. On m'a toujours dit que j'étais fait pour devenir un magicien très talentueux et qu'ils étaient fiers de moi. Les professeurs aussi pensent que j'ai de grandes capacités à exploiter... Il parait que réussir à invoquer un chat à mon âge, ça relève du génie... Je ne sais pas si c'est vrai, mais en tout cas moi, je n'ai pas envie d'être ici. Ce que je ferais plus tard... C'est loin tout ça, je m'en fiche vraiment de ce que je vais devenir une fois que je serais grand ! Être avec Weiss me suffit moi, la magie c'est effrayant ! C'était amusant au début, mais maintenant, je ne trouve plus du tout ça marrant... Tout le monde dit que mon don est l'invocation, que je dois m’entraîner sur ce point puis que je pourrais trouver une autre spé... Spé... Un autre truc en plus quoi ! Mais ce n'est pas drôle... Je ne sais pas comment j'ai réussi à faire venir ce stupide chat, s'il avait pu rester là où il est, je serais bien content ! J'espère qu'ils vont se rendre compte que je suis mauvais... Et qu'ils me renverront vite à la maison, dans mon ancienne école... »


________________________________________

Chaque fois qu'il en avait envie, le poulain devenu adolescent écrivait une nouvelle page dans son carnet, exprimant tout ses ressentis. Ce jour-là, seul à la bibliothèque, la licorne griffonnait quelques créatures qu'il avait pu voir dans les différents bestiaires qu'on trouvait ici. Lorsque la porte s'ouvrait, il levait les yeux fugacement pour contempler les nouveaux arrivants bruyants, qui se faisaient alors réprimander par la bibliothécaire qui ne répondait à aucun des clichés habituel. Sur la table à laquelle il était assit, une pile de livres s'entassait près de ses feuilles vierges. Night Fang les avait déjà tous lu, deux fois. Sa passion pour les créatures le faisait dévorer les bouquins à vitesse grand V et rien ne pouvait l'arrêter. Mais ce jour-là, il n'était pas d'humeur. Son professeur préféré lui avait demandé de trouver une autre spécialité que l'invocation, mais rien ne lui faisait envie. La magie physique aurait été la mieux placée pour pouvoir l'aider à contrôler ses bêtes, mais contrairement à ce que beaucoup pensaient, il n'aimait pas spécialement ses études. L'invocation lui permettait de trouver une raison à toutes ses recherches sur les monstres peuplant ce monde, mais il était si difficile de contrôler ses chimères qu'il craignait parfois de finir déchiqueter par l'une d'elle. L'étalon posa sa joue contre la table, pensif. Plus il grandissait, moins il voyait quel avenir lui était réservé. Depuis son enfance, il avait commencé à se séparer de sa famille, n'entretenant qu'une maigre relation avec cette dernière. Loin de Tall Tale, Night Fang n'avait d'autre choix que de rester séjourner à Canterlot tout le long de l'année, au pensionnat pendant sa scolarité et chez un professeur lors des vacances.

Son regard se glissa vers son flan qui possédait depuis quelques temps déjà sa cutie mark. Sans un mot, l'adolescent se releva, oublia de ranger ses livres et quitta la bibliothèque pour regagner un coin tranquille dans l'un des jardins de l'école. une fois confortablement installé, il s'empara de son petit journal pour commencer à écrire, cela faisait un moment qu'il n'avait pas posé sa plume sur une nouvelle page, mais il ressentait l'envie de recommencer à conter ses sentiments.

« Cher journal,
ça fait un moment que je ne suis pas venu vers toi. Si je m'en réfère à mes souvenirs... Je dirais que ça doit remonter au mois dernier. Je ne sais pas vraiment quoi écrire, j'en avais juste envie. Depuis que j'ai cette cutie mark, ça semble être une évidence pour beaucoup, je deviendrais un grand invocateur et un grand magicien. C'est ce que les gens disent, mais je ne suis sur de rien. Parfois, j'ai l'impression d'être le seul à me rendre compte de la difficulté de la chose. On dit que je progresse et je le remarque, c'est vrai, mais la vérité, c'est que je n'ai aucun don pour la magie. Peut-être que j'en ai pour l'invocation, mais je ne vois pas quelle spécialisation prendre. Tout me semble si compliqué à maîtriser... Ce que certains parviennent à apprendre en quelques mois, je n'y arrive pas même en plusieurs années. Je crois que mes invocations sont bien la seule chose qui me correspond. Les professeurs disent que la marque sur mon flan montre que je serais un véritable dompteur, mais est-ce vrai ? C'est cliché et guimauve, mais pour ma part, je pense qu'elle vient de l'amour que j'ai pour ces splendeurs, pas parce que je suis fait pour les dominer. Je... j'aime vraiment toutes ces espèces, plus fabuleuses les unes que les autres. Elles sont majestueuses et imposantes et même les plus petites bêtes sont incroyables et époustouflantes. Pour plaisanter, un camarade m'a dit que je pourrais rentrer dans un cirque ou devenir apprivoiseur... Mais je les aime en liberté, sauvages et rebelles. Si j'avais pu choisir mon avenir, je pense que je ne me serais jamais tourné vers la magie... Mais plutôt... Un métier qui me permettrais de voyager et d'apprendre toutes les habitudes de vie des animaux et des créatures. »


________________________________________

Tout était très différent de ce qu'avait imaginé Night Fang. Ce soir, âgé de vingt-cinq ans, la licorne avait finalement terminé ses études. Il n'arrivait plus vraiment à se rappeler du moment où il avait commencé, cela remonté à seize ans après tout. Quand il était jeune, il s'était imaginé que ses parents viendraient l'applaudir, que ses proches seraient tous réuni pour le féliciter et qu'une grande fête aurait lieu. Mais la réalité était bien plus terne. Dans le même crépuscule que chaque jour de sa vie, accompagné de sa bouteille de champagne, il trinquait à lui même, seul, sur un banc. À quelques années près, il aurait trouvé cette situation très triste au point de ressentir l'envie de se rouler en boule dans son lit... Mais aujourd'hui, il était grand, il était un adulte qui avait mûri et qui avait du s'adapter à un environnement qu'il n'avait pas choisi. Relire son journal l'agaçait, revoir ses pleurnicheries était une chose qu'il n'appréciait pas. Night Fang le savait, il n'était pas à plaindre. Il avait eu une excellente éducation, des professeurs à l'écoute et les meilleurs de tout Equestria en question de magie. Pourtant, il n'avait jamais été spécialement heureux et ça pourrait se ressentir dans son journal intime. Beaucoup vivaient chaque jour comme s'il était le dernier, se demandant s'ils seraient encore de ce monde le lendemain matin... Et pourtant, lui, gosse capricieux, n'avait cessé de pleurer dans son coin en espérant vite retrouver un foyer qu'il avait perdu dès qu'on avait comprit qu'il avait les compétences pour intégrer Canterlot.

Il ne regrettait pas sa vie, loin de là. Il avait eu beaucoup de chance. Toutefois, il n'en était pas particulièrement satisfait non plus. La licorne se versa un verre plein, sans se préoccuper de savoir s'il avait cassé les codes habituelle pour un verre de champagne. Il s'en fichait, il était seul. Il termina son verre d'une traite, puis s'en servit un deux, puis un troisième... Il continua jusqu'à ce que la bouteille soit vide et enchaina sur un alcool plus fort, comme si une bouteille ne suffisait pas. Lorsqu'il eu fini de boire en plein milieu de la nuit, le ciel n'avait toujours pas changé de luminosité. Ce qu'il aimait avec ce royaume, c'était qu'un crépuscule était toujours différent et cette règle n'échappait pas au New Dawn Union. Selon l'heure de la journée, le ciel rosé pouvait devenir plus violet ou mauve... Des couleurs très douces et apaisante. Des couleurs idéale pour se bourrer la gueule après une remise de diplôme. Les joues rouge et le regard vide, Night Fang se redressa, prenant son journal et l'ouvrit sans faire attention à la page sur laquelle il écrivait.

« Ce sera la dernière fois que j'écrirais dans ce journal.
C'était une vieille habitude de gamin, mais j'en ai fini avec tout ça. Vingt-cinq ans, c'est qu'un quart de vie mais c'est déjà bien loin de mes années de jeune puceau en manque d'attention. J'ai finalement fini mes études. Adieu le gamin pleurnichard qui se faisait martyriser, les choses ont bien évoluée depuis le commencement. Premièrement, ma famille ne me manque plus. Ça serait mentir que de dire que je ne leurs en veux pas d'avoir jeté leur fils dans la cage aux lions dans l'espoir qu'il ai un grand avenir pour redorer le blason familiale, mais au moins j'ai un avenir. Ça fait tellement longtemps que j'en suis séparé que je me fiche bien de ce qu'ils sont devenu. Ça doit paraitre très froid et demain si je me relisais, j'aurais sûrement envie de me baffer, mais je ne relirais pas ce journal de toute façon. Mon passé, j'en ai plus rien à foutre. Ceux qui restent à fixer ce qu'ils étaient avant, sont bons pour finir dans un caniveau, de toute façon ils finiront sûrement comme ça ! Dans ce monde, on passe à autre chose ou on crève la gueule ouverte. Moi, c'est déjà décidé, je ne me suis pas tapé seize ans de scolarité pour finir avec la croupe en l'air et gravé sur le cul "Que le gourdin de la vie me sodomise !". Seize ans, putain. Seize putain d'années dans lesquelles j'ai vomi à force de m'entraîner, dans lesquelles ma seule vie était la magie. Dix ans durant lesquelles j'ai entendu en boucle "tu dois trouver une autre spécialisation" alors que je n'en avais rien à foutre. Et même si j'en avais eu quelque chose à foutre, je suis une bonne grosse couille. Nul, zéro ! Je suis bon pour les invocations et ça s'arrête là. je maîtrise à peine quelques sorts de magie physique, je ne serais jamais l'as qu'on m'as rabâché toute ma vie. Si j'étais rancunier, je pourrais en vouloir au monde entier pour toutes ces promesses qu'on m'as faites qui ne se sont pourtant pas réalisés. Mais je m'en fiche. Je suis juste vraiment content que ce soit fini. À partir de l'an prochain, je deviendrais professeur d'invocation à Canterlot. Ironique venant de quelqu'un qui a détesté ses études. Mais tout sera différent, je ne serais plus l'élève, je serais le professeur...
Je te dis adieu cher journal, tu finiras moisi au fond d'une malle sans doute, je ne te pleurerais pas. Tu m'as été d'une grande aide à une époque, mais il est temps que tu ne deviennes qu'un lointain souvenir. »


________________________________________

Il rouvrit les yeux, reprenant conscience de la petite ruelle dans laquelle il se trouvait. Le livre qu'il contemplait attendait sagement dans sa vitrine que quelqu'un vienne l'acheter, mais ce ne serait pas lui. Night Fang fit demi tour, reprenant sa lente marche dans les rues de la ville. Il se souvenait de cette époque où il était devenu professeur. Un jeune professeur de Canterlot, mais qui avait passé tellement d'années d'étude, qu'on lui avait offert ce travail sans protester. Comme il l'avait pensé, devenir professeur était très différent de la situation d'un élève. Il avait apprit à aimer ce métier et même si d'années en années, il était devenu aigri, il avait aimé sa vie. Le hic, c'est qu'un boulet de canon avait fait irruption dans son quotidien. Cette explosion de folie portait un nom : Weiss Fang. La licorne regagna une petite taverne et s'assit en attendant l'arrivé de son frère jumeau. Il détestait devoir l'attendre mais le benjamin aimait se faire désirer et rien n'y changerait jamais. Ils avaient coupé les ponts il y a très longtemps, lorsque Night Fang avait intégré son école. Mais à ses vingt-sept ans, la fusée était arrivée, l'avait retrouvé et les liens s'étaient renoués. La vie changea alors peu à peu.

Night Fang avait découvert un autre monde derrière Canterlot, les récits de son frère lui faisait découvrir des injustices qu'il avait oublié avec le temps. Sa petite vie dans le confort avait commencé à devenir un poids, une honte qu'il couvait secrètement. Lui qui se dorlotait dans le luxe de la capitale, ignorait les petits gens qui mourraient au quatre coin d'Equestria. Ce malaise était apparut à ses trente ans et ne l'avait jamais quitté depuis... Du moins, jusqu'à ce qu'il ne craque. C'était ce qui s'était passé. Le passeur commanda un verre en attendant Weiss, regardant le bois de sa table en se remémorant ce sentiment douloureux qu'il avait ressenti. À ses trente-cinq ans, il avait explosé. Il ne pouvait plus vivre comme si de rien n'était, il ne pourrait jamais intégrer les rangs de la rébellion, c'était un combat auquel il ne voulait pas participer. Mais il voulait aider une cause noble, ce qu'il voyait de plus juste. Night Fang avait choisi deux ans auparavant de quitter son travail, personne n'avait comprit et jamais il ne s'était expliqué. Il n'avait pas tenu à en parler à ses parents, seul son jumeau était au courant. La licorne avait retourné sa cape et s'était engagé en tant que passeur, un criminel qui aiderait les pauvre à passer la frontière pour refaire leur vie ici, au New Dawn union. Le climat y était plus doux, la vie plus simple. C'était le but que s'était donné l'invocateur. Lorsqu'il entendit la clochette de la porte retentir, la licorne releva les yeux et soupira. Weiss était arrivé.

A propos du joueur

PUF : LA GRENOUILLE DE JEAN-PASCAL
DC : Pained Soul
Que pensez vous du forum : C'est moi qui l'ai créé donc difficile d'avoir un mauvais avis... SINON C'EST BULLDOZER BOUM BITCH
Comment l'avez vous trouvé : Par Jean-Marie.
Avez vous les droits sur le personnage : Mé wi cé cler !
Code de Validation : Validé par Pained Soul

___________________________



Autres images:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une salle poussiéreuse, il faut faire le ménage
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» [Photoshop] Final Fantasy - Fang

Equestria Story : Begin The End :: Equestrian Registers :: Recueil des Aventuriers :: Validées-
Sauter vers: